Disparus de l'Yonne – Pour qui Emile Louis et le Gendarme Jambert ont ils payé ?

Qui protège Emile Louis?

Emile Louis

Emile Louis

Des relations. Le mot qui fait peur. Le venin qui continue d’empoisonner toute cette affaire, trois mois après les aveux bien tardifs d’un grand-père aux humeurs imprévisibles. Des relations. Le soupçon mine chaque ligne du rapport accablant de l’Inspection des services judiciaires (ISJ) commandé par la garde des Sceaux, Marylise Lebranchu, au lendemain de cet embarrassant coup de théâtre. En 24 pages, les enquêteurs pointent la «succession de négligences», le «manque de rigueur» et la «passivité surprenante du parquet d’Auxerre» qui ont émaillé ce feuilleton judiciaire. Deux procureurs de la République sont directement incriminés.

Le premier, René Meyer, en poste de 1979 à 1986, est désigné comme le magistrat qui a relégué aux oubliettes le travail d’orfèvre du gendarme Jambert.

Au second, Jacques Cazals, en poste de 1992 à 1999, l’ISJ reproche d’avoir mis beaucoup de mauvaise volonté à ouvrir une information judiciaire lors du dépôt de plainte avec constitution de partie civile de l’Association de défense des handicapés de l’Yonne (Adhy), en 1996.

Une question reste sans réponse: pourquoi, le 14 décembre 2000, après avoir tenu pendant vingt ans, Emile Louis a-t-il craqué, contre toute attente? «On l’entend une dernière fois et on arrête cette comédie», avait même ordonné un magistrat peu enthousiaste – encore un – au juge Lewandowski à la veille de cette ultime garde à vue.

Certes, depuis la réouverture du dossier, sur décision de la cour d’appel de Paris, en 1997, les gendarmes n’ont pas chômé. Près de 1 300 procès-verbaux ont été rédigés, plusieurs dizaines de témoins retrouvés: un travail de titan, comme un hommage posthume à leur collègue désavoué.

Mais pas de quoi déstabiliser ce grognard de 67 ans vers qui tous les soupçons convergeaient mais qui, deux jours avant son interpellation, fanfaronnait encore dans Le Parisien: «Ils n’ont aucune preuve contre moi. Pas de cadavre: pas de coupable!» Pourquoi cette étrange confession – «J’étais possédé par le démon, la pleine lune, la bestiole qui était en moi» – un torrent d’incantations mystiques dépourvu du moindre détail sur le mode opératoire des sept meurtres ? Et pourquoi, le mois dernier, alors que deux cadavres en voie d’identification avaient été retrouvés, sur ses indications, dans la campagne auxerroise, Emile Louis est-il partiellement revenu sur ses aveux?

Il a multiplié les sous-entendus, pour le moins encombrants dans une région qu’une vieille rumeur veut friande en «ballets bleus», sur de mystérieux réseaux de prostitution et argué d’une chaîne de complicités qui impliquerait «beaucoup de monde». Croyait-il, comme beaucoup, que les assassinats des sept jeunes filles étaient couverts par la prescription (la question reste toujours en suspens)? Est-il un pervers solitaire, un serial killer à la française, ou son premier métier de fossoyeur en avait-il fait l’exécuteur des basses œuvres au sein d’un monde d’ombre, de sexe et de sang?

En 1996, alors que l’Adhy tentait, dans l’émission Perdu de vue, sur TF 1, de redonner un nom et une histoire aux disparues de la Ddass, le frère de l’une d’elles, Jean-Pierre Weiss, reçoit un coup de fil de l’ex-épouse d’Emile Louis. «Vous savez, lui dit-elle, Emile est venu me voir récemment. Il connaissait bien votre sœur. On a parlé de toute cette histoire. Quand je lui ai demandé s’il y était pour quelque chose, il a fondu en larmes et m’a répondu qu’il ne pouvait rien dire. Parce qu’on le menaçait…»

Un couple d’amis fidèles et influents

A la fin des années 70, en guise de «relations», Emile Louis ne compte guère d’amis parmi le gratin auxerrois. Mais ceux-là sont fidèles. Et influents. Pierre et Nicole Charrier dirigent d’une main de fer l’Apajh. Ce n’est pas n’importe quoi, l’Apajh, à Auxerre. «C’est même un lobby très puissant», admet Jean-Pierre Soisson. Avec 80 millions de francs de budget et 350 employés, l’association est le deuxième employeur de la ville. Le genre d’argument qui ne donne pas aux autorités concernées l’envie d’aller y regarder de plus près. Dommage, car il s’en est passé de belles, ces trente dernières années.

Yonne Quand Pierre Charrier scelle le sort de ses sept pensionnaires assassinées de la mention «en fugue», son épouse, elle, expérimente des méthodes révolutionnaires auprès des jeunes handicapés. «Un jour, je l’ai vue montrer ses seins à une jeune trisomique qui n’avait même pas la parole, se souvient Bernadette Petitcollot, une ancienne éducatrice du foyer Guette-Soleil. La petite s’est mise à hurler. Alors Nicole Charrier a baissé son pantalon pour lui montrer ses fesses.» Tout est prétexte aux plaisanteries salaces et aux propos scabreux. A table, Nicole Charrier fait raconter aux gamines handicapées leurs expériences intimes et livre, à la cantonade, ses petits soucis gynécologiques ou la robustesse de son appétit sexuel. «A plusieurs reprises, je l’ai entendue claironner devant tout le monde, y compris Pierre Charrier, qu’elle avait dû prendre un amant parce son mari ne bandait plus», raconte Serge Lange. Cet ancien administrateur de l’Apajh a fait des démarches auprès du préfet de l’Yonne. Elles sont restées vaines. Tout comme le courrier de dénonciation adressé par Bernadette Petitcollot aux autorités judiciaires pour signaler une fellation dont avait été victime un déficient mental au foyer Guette-Soleil est resté lettre morte. La seule chose avec laquelle on ne plaisante pas, finalement, chez les Charrier, c’est l’honneur d’Emile Louis.

Le 12 février 1982, alors que le chauffeur de car de l’Apajh est mis en examen pour «attentat à la pudeur» sur les trois fillettes placées chez sa compagne, Nicole Charrier se porte témoin de moralité. «M. Louis se montre très près, compréhensif, voire même éducatif et éducateur dans ses contacts avec nos adolescents, écrit-elle au juge d’instruction. Vécu comme un père, parfois un grand frère à qui l’on peut tout dire, il permettait les cigarettes à 14, 15 ans ou les flirts. (…)» Bizarrement, le cas d’Emile Louis semble susciter beaucoup de sollicitude autour de lui. Pour le défendre, on réquisitionne un ténor du barreau parisien, Me Thierry Lévy. Interrogé pour savoir comment l’un des meilleurs avocats français avait atterri à Auxerre, dans ce dossier somme toute mineur, Me Thierry Lévy n’a pas souhaité nous répondre.

Et la drôle de vie continue dans les foyers d’accueil de l’Apajh. En octobre 1989, la pétulante Nicole est devenue conseillère municipale d’Auxerre, élue sur les listes de Jean-Pierre Soisson, quand son époux est surpris par une patrouille de police municipale en train de violer une handicapée mentale à l’arrière de sa voiture, tandis qu’un jeune garçon était assis à l’avant. La même séance se répétait depuis près d’un an. Le soir, le gamin essayait de consoler Nathalie «qui pleurait, pleurait…». Pierre Charrier risquait les assises: il sera condamné en correctionnelle à six ans de prison.

«Et alors, quel rapport avec Emile Louis?» s’indignait, juste après l’arrestation de ce dernier, Georges Decuyper, 71 ans, qui, durant les années 90, a fini par prendre la place de Pierre Charrier dans le cœur de Nicole et à la tête de l’Apajh. Le même qui, un an plus tôt, trouvait qu’on lui chauffait un peu trop les oreilles avec cette histoire de disparues: «Je crois savoir que la justice à Auxerre ne voit pas d’un très bon oeil le remue-ménage provoqué par l’Adhy, déclarait-il aux journalistes. Tout ça, c’est du cirque. On sait que ces jeunes filles ont quitté la région dans des conditions normales.»

Durant près de dix ans, avec le soutien tacite et réitéré des autorités, Georges Decuyper a combattu farouchement la poignée de parents de jeunes handicapés qui s’obstinaient à faire jaillir la vérité. Le 23 février dernier, sur la base d’un pré rapport de l’Igas diligenté par la ministre de l’Emploi et de la Solidarité, Elisabeth Guigou, à la suite des aveux d’Emile Louis, le préfet de l’Yonne ordonnait la fermeture administrative des huit établissements gérés par l’Apajh pour «des faits et des comportements d’une particulière gravité risquant de compromettre la santé et le bien-être physique des personnes qui y sont accueillies».

Il était temps, mais, à Auxerre, la chape de plomb se fendille à peine. Car une autre affaire laissant croire qu’une grande partie de la vérité a échappé à la justice – et définitivement, cette fois – resurgit à la lumière des multiples «dysfonctionnements» des pouvoirs publics qui ont émaillé le dossier Émile Louis et dont on peut se demander s’ils ne cachent pas de sombres manipulations.

Le 20 janvier 1984, Huguette, 19 ans, arrive à l’hôpital d’Auxerre et explique qu’elle s’est échappée du sous-sol d’un pavillon d’Appoigny, un village des environs, où elle était séquestrée depuis trois mois. Une autre fille, Michaëla, y est encore enfermée.

Huguette explique qu’elles ont été enchaînées nues sur des croix, battues, brûlées, violées et qu’on les nourrissait de pâtée pour chiens. Sur une ardoise accrochée à la porte de la salle des tortures, les tarifs étaient détaillés: 600 francs la brûlure sur les seins, 800 sur le clitoris.

Le point commun avec l’affaire des disparues? Huguette et Michaëla étaient toutes deux pupilles de la Ddass, sorties des centres de l’Apajh. Mais ce n’est pas tout.

Dans le pavillon, les policiers saisissent deux carnets d’adresses contenant la liste des adeptes, qui portaient une cagoule: une cinquantaine de fidèles, notables, fortunés, venus de toute la région, de Paris, de Lyon et même de Suisse. Ces carnets ne seront jamais exploités. Ils ont disparu lors de l’instruction. Seuls deux clients seront finalement mis en examen. Par hasard. Ils avaient eu le malheur d’arriver pour une séance alors que les policiers étaient en train de perquisitionner le pavillon. Ces deux PDG à la retraite n’assisteront jamais à leur procès. Tous les deux sont morts d’un infarctus au bout de dix-huit mois de détention préventive. Claude Dunand, le propriétaire du pavillon, lui, ne lâchera rien. Pas une piste. Pas un nom. Il admettra seulement avoir exercé son petit commerce depuis quinze ans.

Protections occultes et tambouille judiciaire

Personne ne saura rien de l’identité ni du sort des jeunes filles qui avaient précédé Huguette et Michaëla. «Mais vu de l’état, proche de la mort, de ces deux là, il n’est pas difficile d’envisager le pire», souligne Me Jean-Yves Liénard, l’avocat de Dunand.

Aux policiers Huguette expliquera que celui-ci les terrorisait en leur parlant de «l’organisation»: «Ce n’est pas moi qui donne les ordres, répétait-il. C’est l’organisation.»

En 1991, Claude Dunand est condamné à la prison à perpétuité. Il est enfermé avec tous ses secrets à la centrale d’Ensisheim (Haut-Rhin). «Ce dossier reste un mystère absolu, précise Me Liénard.

L’enquête était truffée de zones d’ombre. L’instruction, bâclée. Aujourd’hui, vous donnez la même affaire au juge Eva Joly: dans quinze jours, il y a déjà 30 personnes en prison.»

Emile Louis, comme d’autres donc, a-t-il bénéficié de multiples concours de circonstances ou d’occultes protections ? «Dans l’affaire des disparues de l’Yonne, l’Etat est responsable», a déclaré Marylise Lebranchu au cours d’un spectaculaire acte de repentance, le 1er mars dernier. La ministre de la Justice a notamment saisi le Conseil supérieur de la magistrature pour «manquement à l’honneur» à l’encontre des magistrats défaillants du parquet d’Auxerre. C’est courageux. Mais pendant le grand ménage, les affaires continuent.

Celle-ci n’est pas criminelle. C’est juste de la tambouille judiciaire. Mais, dans le climat actuel, tout le monde aurait pu s’en passer. Depuis un an, le nouveau procureur de la République d’Auxerre est une ancienne collaboratrice d’Henri Nallet au ministère de la Justice, Suzanne Le Quéau. Depuis quelques mois, ses relations exécrables avec le juge Lewandowski, chargé de l’instruction du dossier Emile Louis, sont un secret de polichinelle. Or c’est ce même juge qui, en juin 1999, avait mis en examen Henri Nallet pour «abus de biens sociaux» dans l’affaire du Crédit agricole de l’Yonne. Début février, la nouvelle est tombée: au printemps, le juge Lewandowski sera muté à Paris. Une semaine plus tard, on apprenait que la mise en examen d’Henri Nallet était annulée par la cour d’appel de Paris. Une coïncidence, bien sûr. En attendant, les membres de l’Adhy sont effondrés. «Le dossier judiciaire d’Emile Louis remplit une armoire entière, explique son président, Pierre Monnoir. Le départ du juge Lewandowski, qui connaît l’affaire depuis son commencement, est une calamité supplémentaire pour la suite de l’enquête…» Tout cela fait désordre, en effet. Mais tout cela, à Auxerre, fait tellement partie du paysage.

par Henri Haget, publié le 15/03/2001 – mis à jour le 23/03/2004

http://www.lexpress.fr/actualite/societe/justice/qui-protege-emile-louis_490219.html

(Juin 2003) Disparues de l’Yonne : l’expertise qui accuse un nouveau juge

Double rebondissement dans l’enquête sur les disparues de l’Yonne. Un magistrat, soupçonné d’avoir saboté le dossier, est réhabilité tandis qu’un autre est mis en cause par une expertise graphologique. L’UN RETROUVE le sourire, l’autre peut nourrir de lourdes inquiétudes. Hier, le scandale judiciaire provoqué par l’étouffement, au début des années quatre-vingt, de l’enquête sur les « disparues de l’Yonne » a connu un surprenant rebondissement.

Daniel Stilinovic, 55 ans, substitut du procureur d’Auxerre de janvier 1981 à juin 1984, a été réhabilité par le Conseil d’Etat, qui a annulé les sanctions prononcées contre lui par le Conseil supérieur de la magistrature.

Dans le même temps, une expertise graphologique, versée au dossier de « corruption » instruit à Paris par le juge Armand Riberolles, met formellement en cause un autre juge, Jacques Bourguignon, actuellement en poste à Mulhouse.

Le destin de ces deux magistrats tourne autour d’un simple « papillon manuscrit » apposé le 26 juin 1984 sur le « rapport d’enquête préliminaire » rédigé par le gendarme Christian Jambert. Selon le rapport établi par le Conseil supérieur de la magistrature (CSM), publié en avril 2002, ce « document très détaillé permettait de faire porter de graves soupçons sur Emile Louis au sujet de la disparition de six jeunes filles. »

Après l’avoir lu rapidement, Daniel Stilinovic, qui s’apprête alors à quitter Auxerre, rédige un petit mot à l’intention du juge Bourguignon, en charge de l’enquête sur l’assassinat, en juillet 1981, de Sylviane Lesage, une proche d’Emile Louis. Le magistrat écrit : « A joindre à l’information en cours sur l’homicide volontaire : Sylviane Durand. Me faire savoir s’il vous faut un supplétif. » Agrafé au rapport Jambert, ce petit mot se perd alors dans les couloirs du palais de justice d’Auxerre.

Il sera retrouvé plus de dix ans plus tard. Sur le petit bout de papier, une main anonyme a ajouté la mention « – NON – » Selon le rapport du CSM, « il n’y avait aucune urgence, ni raisons particulières sur le plan judiciaire d’interrompre brusquement le patient travail de l’enquêteur. La décision prise a été, pour le moins, de nature à casser la progression des investigations ».

De fait, il faudra attendre le 14 décembre 2000 pour qu’Emile Louis soit arrêté et avoue avoir violé et assassiné sept jeunes déficientes mentales disparues dans l’Yonne à la fin des années soixante-dix. Dossier saboté Dans un premier temps, les enquêtes commandées par le ministère de la Justice avaient souligné la responsabilité de Daniel Stilinovic, magistrat à la réputation sulfureuse et à la carrière chaotique. Il lui a été reproché d’avoir « mal orienté la procédure ».

Parallèlement, une information judiciaire contre X pour « corruption active et passive » était ouverte à Paris et confiée au juge Armand Riberolles. Implicitement, il était reproché au substitut Stilinovic d’avoir volontairement saboté ce dossier. Ces soupçons ont été levés hier par le Conseil d’Etat. « Monsieur Stilinovic ne peut être tenu pour responsable de l’enlisement de l’enquête, estime la plus haute juridiction administrative de l’Etat. » « Au contraire, ajoute-t–elle, le fait d’avoir communiqué cette pièce au juge aurait dû permettre qu’une suite judiciaire appropriée fût donnée aux conclusions du rapport de gendarmerie. »

Dans le même temps, un rapport d’expertise graphologique très éclairant atterrissait sur le bureau du juge Riberolles. Chargé d’identifier l’auteur du « – NON – » litigieux, l’expert concluait : « Il existe une forte présomption à l’égard de monsieur Jacques Bourguignon comme auteur de la mention en question. Dans la mesure où le matériel graphique en question n’est constitué que de très peu de caractères majuscules, il n’est pas possible de le désigner avec certitude. » Déjà interrogé à plusieurs reprises à ce sujet, le juge Bourguignon, magistrat au profil lisse, jusque-là épargné par le scandale, a toujours affirmé ne pas se souvenir du petit mot adressé par son collègue Stilinovic. Joint hier au téléphone, il a maintenu sa position : « Pour moi, cela ne change pas grand-chose. Je ne me rappelle pas de cette procédure. Je n’exclus rien mais tout cela remonte à plus de vingt ans. » Jacques Bourguignon se dit prêt à répondre aux questions du juge Riberolles. Cet homme discret à la mémoire fragile apparaît désormais comme un témoin clé du ratage judiciaire des disparues de l’Yonne.
Frédéric Vézard, Le Parisien, 21 juin 2003, p. 16

————————————-

JambertLes mystères du gendarme Jambert

Si l’homme qui enquêtait sur Emile Louis a été assassiné, c’est toute l’affaire qui est relancée

Il s’agit d’un suicide par arme à feu chez un monsieur dépressif de longue date déjà…» Telle était la conclusion du rapport du praticien de SOS-Médecins qui, le 4 août 1997, a examiné le corps du gendarme Christian Jambert. On venait de le retrouver mort dans le sous-sol de son pavillon, proche d’Auxerre, une carabine 22 long rifle à ses côtés avec trois douilles percutées sur le sol et une lettre d’adieu à son chevet.

Le certificat du médecin mentionnait, en outre, que «la balle, tirée à bout portant, est entrée au niveau de la lèvre supérieure, est passée derrière l’orbite gauche et est ressortie au niveau du crâne, partie occipitale gauche». Il confirmait ainsi l’hypothèse d’un suicide. Une piste immédiatement privilégiée par les enquêteurs. Ces gendarmes savaient leur collègue dépressif, après le classement sans suite de son enquête sur le tueur en série de l’Yonne, Emile Louis.

Cette version des faits a été totalement bouleversée par l’autopsie, réalisée le 31 mars dernier par le Pr Dominique Lecomte, de l’Institut médico-légal de Paris, à la demande de la juge Pauline Flauss, désormais chargée du dossier au tribunal d’Auxerre. Les nouvelles analyses démontrent que deux balles ont traversé le crâne du gendarme, dont le corps a été exhumé. L’une tirée «dans la cavité buccale au niveau du palais osseux gauche». Ce projectile a été retrouvé «au niveau de la zone occipitale gauche cérébrale, au terme d’une trajectoire de droite à gauche et de bas en haut». L’autre coup de feu a été tiré en «région temporo-pariétale avec une trajectoire de gauche à droite, légèrement d’avant en arrière».

Difficile, dans ces conditions, de maintenir la thèse du suicide, et cela d’autant que le Dr Dominique Lecomte relève que les deux balles sont «mortelles chacune d’emblée». Ce qui signifie que Christian Jambert est décédé dès le premier coup de feu et qu’il était donc dans la totale incapacité d’en tirer un second…

par Laurent Chabrun, publié le 12/04/2004 – mis à jour le 09/04/2004

http://www.lexpress.fr/actualite/societe/justice/les-mysteres-du-gendarme-jambert_489965.html

Advertisements

Leave a Reply

Fill in your details below or click an icon to log in:

WordPress.com Logo

You are commenting using your WordPress.com account. Log Out / Change )

Twitter picture

You are commenting using your Twitter account. Log Out / Change )

Facebook photo

You are commenting using your Facebook account. Log Out / Change )

Google+ photo

You are commenting using your Google+ account. Log Out / Change )

Connecting to %s


%d bloggers like this: